Voilà donc un bon mois que mon ordinateur professionnel est configuré pour « profiter » d’Améli Pro (service dit professionnel d’accès aux services de l’assurance maladie ) et du DMP (Dossier médical Partagé devenu (très) Personnel ).

Améli Pro.

D’abord il faut se connecter.
Evidemment, même si votre lecteur de Cartes Vitale et votre carte professionnelle ont bien été reconnus en quelques secondes par votre logiciel de feuilles de soins, il faut quand même s’identifier à nouveau …

Mais c’est plus lent, … bien … plus … lent …
et c’est là que j’ai appris que je possédais une CPS-HealthCare Professional card.
Cela fait vraiment très très pro.

Et après, assez souvent, plantage.

Bien sur, on peut envoyer  un rapport dudit plantage, mais il part chez Mozilla alors qu’il aurait plus sa place dans les services informatiques de la CPAM.

Bon une fois connecté, un certain nombre de possibilité son offertes :
(On notera cependant sur la photo de droite que les médecins généralistes voient principalement des gens enrhumés qui ont tous un mouchoir mais qui semblent bien atteints : la médecine générale, c’est vraiment passionnant).

Pour la partie de gauche plutôt administrative, plusieurs propositions sont inactives ou très limitées dans le temps (pas plus d’un mois de recherche pour les indus …  si on traine …)

Passons aux propositions de la colonne de droite.

La gestion directe des arrêts de travail peut sembler intéressante, les deux volets Sécurité Sociale étant adressés directement à l’organisme, le patient n’ayant qu’à envoyer le 3ème à son employeur.

Mais on se heurte à un double problème.
C’est d’abord d’une lenteur déconcertante de création et d’impression, cette impression obligatoire du 3ème volet passant par l’ouverture d’un logiciel personnel lisant les PDF et un nombre de clics impressionnant.
Ensuite le dit volet n’est pas sauvegardé automatiquement avec un intitulé spécifique du gente DATEATMrXX et ne peut s’intégrer directement dans le logiciel médical métier.

De ce fait, je ne les utilise que pour des gens en grande difficulté avec les rigueurs administratives, la création à l’aide de formulaires tout prêts dans mon logiciel, voire de façon manuscrite étant plus efficace.
Les demandes de prise en charge à 100% ont pour grand intérêt la rapidité de réponse pour les patients. Mais toujours le même problème d’impossibilité d’archivage direct.
Et puis il y a le fameux suivi des historiques de remboursement du patient, suivi si valorisé par le technicien (et oui le technicien) venu faire la mise en place du service.
On peut donc connaitre tout ce qui a été remboursé dans les mois précédents.
Messieurs les patients, on vous dit pour le DMP que vous pouvez refuser d’indiquer certaines pathologies et que c’est votre droit le plus strict , et que ce droit sera respecté … sauf qu’indirectement , par ce suivi, un professionnel de santé pourra en être informé sans que vous le sachiez …
Les divers services informatiques n’ont pas du se concerter …


Nous en arrivons donc au DMP
.

Pour lui, je me limiterais à une série de copies d’écran qui parlent d’elles même.


Dans le doute, j’ai relancé le logiciel de FSE (feuilles de soins électroniques) : j’ai bien un lecteur de carte vitale et ma CPS-HealthCare Professional card est bien reconnue !!!

Publié par dominique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s