Depuis quelques jours les pilules de 3ème et 4ème génération font une partie de l’actualité.
Faut-il limiter leur prescription ?
Faut-il réserver leur prescription à certains professionnels de santé ? Faut-il les interdire ?

La discussion devient nationale, dans les organes de presse principaux, sur les réseaux sociaux où partisans des différentes options argumentent en centrant toujours le débat sur le médical.

Mais trop, c’est trop. L’histoire de ces dernières années fait que la solution n’est plus médico-médicale, elle est politique.

Reprenons.

Le médiator
La grippe H1N1 et de sa vaccination au combien réfléchie
Les pilules G3 G4

Chaque fois #BigPharma à l’initiative, maitre de l’information initiale
Chaque fois des effets secondaires ou un suivi de terrain décrits par les professionnels de terrain
Chaque fois des autorités sanitaires qui réfléchissent, attendent, écoutent plus #BigPharma que le terrain, ne décident pas ou peu
Chaque fois le politique n’ose pas

La stratégie de #BigPharma est toujours la même

Trouver un nouveau marché rentable
Inventer une efficacité dite nouvelle permettant la mise sur le marché
Cibler l’information sur les spécialistes (Congrès, visite médicale) en leur montrant qu’ils ont l’innovation pour eux
Puis voir les généralistes « regardez, tous les spécialistes prescrivent »
Le généraliste qui ne prescrit pas la nouveauté se retrouve dans la position de ne pas être à la page et subit, entre autres, la pression du patient.

Et si des effets secondaires importants apparaissent ?
Minimisation de #BigPharma
Indécision, faux arguments, décisions les plus minimes possible des organismes de surveillance.

Reprenons le problème des pilules G3G4.

Elles apparaissent alors qu’existent depuis de nombreuses années les pilules de 2ème génération, efficaces, peu chères.

#BigPharma invente donc les G3 G4 en proposant une nouvelle molécule progestéronique, invention totalement marketing pour augmenter le prix et les marges.

Ces nouvelles pilules prennent rapidement la moitié du marché.
Depuis dix ans un certain nombre d’organismes et de revues (dont Prescrire en France) informe les professionnels de santé des dangers de ces pilules. (augmentation du risque trombo-embolique, bien plus marqué que pour les G2).

Rien ne se passe.

Et puis la presse grand public s’empare de l’affaire, à la suite d’accidents tragiques chez des femmes jeunes.

Et là, panique générale.
Le politique avance le déremboursement de ces pilules prévu en fin d’année à la fin mars.
Simple effet d’annonce puis qu’une seule sur une quinzaine de pilules de ce genre est remboursée !!

Le grand docteur Maraninchi, président d’une structure qui passe surtout son temps à modifier son nom que son fonctionnement se lance dans de grands moulinets oratoires pour cacher, son incompétence.

Proposer d’abord la prescription aux seuls spécialistes.
S’il lisait ses propres statistiques, il ferait entre autres, que plus de 50% des G3G4 sont prescrites par 7000 gynécologues, moins de 50% par 70000 généralistes.
Effet nul, en plus de l’effet les MG sont incapables, les spécialistes les meilleurs.

Éviter une crise de confiance dans les contraceptifs qui pourrait déboucher sur des arrêts, des grossesses non désirées, des interruptions de grossesse.
On croit rêver.
Rappelons à d’abord à ce grand professeur que les patientes qui prennent un G3G4, peuvent switcher pour une G2,surtout que dans la majorité des cas, la prescription initiale, par un spécialiste, a été une G3G4, sans essai préalable d’une G2. On n’est donc pas, le plus souvent, dans l’utilisation d’une G3G4 pour mauvaise tolérance d’une G2.
Rappelons également à ce grand professeur que la contraception ne se limite pas à la « pilule classique », mais que d’autres méthodes existent aussi efficaces, pilule progestative pure,stérilet, implant à la progestérone.

Je vous laisse lire une partie de son interview au Monde, qui montre l’inertie de genre de structure et qui laisse douter de sa véritable indépendance:

Vous dites faire des alertes depuis longtemps sur le sujet. Pourquoi n’ont-elles pas été entendues ?
 
Face à une telle crise, on doit passer à une autre dimension dans l’information : des prescripteurs, des utilisateurs et des distributeurs. Au fil du temps, la consommation a progressivement dérivé, les contraceptifs de troisième et quatrième génération étant trop largement prescrits d’emblée.
 

Le problème n’est plus de savoir si les G3G4 sont plus dangereuses que les G2: elles le sont.

Le problème est de savoir qui décide : #BigPharma ou le politique ?

Il s’agit d’une véritable occasion de vraie réforme et d’affirmation du pouvoir politique:

  • interdiction transitoire des G3G4 avec études nouvelles menées par un organisme véritablement indépendant (études financées par #BigPharma)
  • réforme complète avec véritable indépendance des autorités de surveillance sanitaire
  • réforme complète de l’information des professionnels de santé avec disparition de la visite médicale et de toute information directe de #BigPharma (congrès, soirées informatives …)

_____________________

Interview du Monde

Blog docdu16

Publié par dominique

2 commentaires

  1. Cher Dominique,
    La réponse est politique mais les politiques sont sous la coupe des experts que tu viens de critiquer. Ils sont sous la coupe parce qu’il est normal que les politiques soient conseillés par des experts et qu’ils prennent ensuite des décisions « politiques ». Mais les politiques prennent des décisions expertales sans se rendre compte de l’état de concussion dans lequel ces experts se trouvent.
    L’affaire est complexe.
    Mais l’histoire bégaie.
    Ce qui se passe dans le secret des cabinets doit dépasser l’entendement. Quand on entend ou lit les propos contradictoires émanant de médecins sur ces questions on se dit que la réalité doit dépasser la fiction déclarative de ce que disent dire les médecins.
    Pas simple.
    Bonne soirée.

    Réponse

    1. Le politique doit avoir de temps en temps le courage d’aller au delà de l’avis d’expert. Sinon, il n’existe plus.

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s